Accès membre

/medias/image/15277898915afd80ee86841.png

Un retraité entrepreneur

  • 21 sept. 2018
  • -
  • Catégorie : Actu à la une
  • -
  • Auteur : Laurie Moutier
  • -
  • Vu : 127 fois

Chaque mois nous mettons en avant un alumni. Aujourd’hui, c'est François Vassard, qui nous parle de son parcours chez Adecco et sa vision du réseau.


Pour vous, le Groupe Adecco c’est quoi ? Pouvez-vous le décrire en 3 mots ? 


Professionnalisme, passion client, valeurs

Quel a été brièvement votre parcours au sein d’Adecco ? 


J’ai été embauché en 1988 chez Ecco – souvenir d’un entretien d’embauche hors du commun – par Philippe Beauviala, alors Directeur Général, comme Directeur Marketing et Communication. J’avais un seul collaborateur, Patrick Desbiolles (mais il en valait plusieurs à lui seul). Ecco venait d’atteindre 400 agences et allait détrôner Bis comme N° 1 en France. Philippe Beauviala m’a fait apprendre le métier par un tour de France terrain, tout d’abord comme assistant de recrutement dans l’agence industrie de Villeurbanne. Bonne école pratique ! J’ai souvent répété, et encore aujourd’hui, que Philippe Beauviala était un DG d’une qualité exceptionnelle, le meilleur que j’aie jamais eu. Ma Direction Marketing a ensuite grandi avec Ecco, et au début des années 90 regroupait également la Direction Recherche Innovation (Serge Ter Ovanessian, Jean-François Connan…) la Direction Grands Comptes (Jacques Delsaut et … Marie-Paule Gérard !), Districom (merchandising), et quelques autres activités. Jamais eu le temps de m’ennuyer ! En 1996, lors de la fusion d’Ecco et Adia, j’ai été – comme disait Coluche – lauréat d’un concours de circonstances : Adia n’avait pas de Dr Marketing et du coup j’ai été nommé Dr Marketing mondial du nouveau groupe, avec déménagement en Californie. Puis retour en Europe lorsque le Groupe s’est relocalisé en Suisse en 2001. J’ai décidé de partir en 2004 après avoir géré 6 mois de communication de crise lors d’un problème d’audit avec Ernst & Young. Belle expérience enrichissante (au sens professionnel du terme) !!!

Que vous a apporté le Groupe / Que retenez-vous de votre passage au sein du Groupe ? 


1988 – 2004 : 16 ans de passion, jamais 6 mois à faire la même chose, un DG fabuleux jusqu’en 1996, puis la découverte d’une gestion « à l’américaine » avec la prise de pouvoir par le cours de l’action et les analystes financiers. Ou comment faire de la Bourse son premier client… Ça a été une période de grand apprentissage. Au plan personnel, j’ai quasiment tout appris chez Ecco / Adecco, avec des équipes passionnées et passionnantes. Et j’ai l’impression – personne ne m’obligeant à le dire – qu’après une certaine traversée du désert émotionnel, Adecco est en train de retrouver ses racines humaines… La clé du succès…car science sans conscience n’est que ruine de l’âme.

Avez-vous un fait marquant à évoquer sur cette période ? 


Un seul parce qu’il faut choisir : la création en 1991 de la Patrouille de voltige aérienne Ecco / Adecco, le premier film publicitaire sur la musique du Beau Danube bleu, les milliers de baptêmes de l’air avec des clients…

Quelles activités exercez-vous actuellement ? 


Quand l’âge de la retraite a sonné, j’ai créé à Genève ma petite start-up à moi, Yucca, pour combiner Marketing, RH, et Technologies de l’Information. Quatre ans plus tard, nous sommes une vingtaine en Suisse et nous avons une filiale de développement IT avec 120 ingénieurs à Bangalore en Inde. Et je m’amuse ! (www.yuccasolutions.com)

Pourquoi avez-vous rejoint le réseau des anciens collaborateurs du Groupe ? Cette initiative répond-elle à vos attentes ? 


Même si je travaille aujourd’hui beaucoup dans le digital, je pense que les relations humaines et le réseautage sont irremplaçables, à la fois en efficacité…et comme source de plaisir. Je voulais aussi renouer avec d’anciens collègues perdus de vue… et le reste est le hasard d’une rencontre à Lausanne avec Marie-Paule. Le monde est petit.

Quel message souhaitez-vous adresser aux Alumni ?  

Adecco est une école fabuleuse…et il y a une vie après Adecco ! Surtout si on se retrouve pour de bons moments professionnels et amicaux. Et puisqu’il faut faire du business, autant le faire entre amis.

Auteur :
Laurie Moutier

Membre

Commentaires

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire